18 sept. 2006

La comprehension du Web au Quebec

À la suite de la lecture du, - excellent comme toujours -, billet Le retour des intermédiaires de Martin, les conclusions qu'il décrit ne me surprennent pas trop pour avoir évoluez avec quelques acteurs de son industrie.

Premièrement, qu'une compagnie de service n'est pas nécessairement une compagnie capable de profiter du dialogue. Elle doit pour ça être ouvert à l'écoute. Ou plutôt que l'écoute soit un vecteur important pour sa croissance. Une boîte de RP (comme Edleman) l'est, par définition - elle doit être à l'écoute du marché.

Deuxièmement, qu'une compagnie qui ne comprend pas ce qui m'enrichit n'est pas faite pour moi. Dont acte.
Effectivement, comme dans la majorité du secteur des affaires au Québec, très peu de joueurs sont à l'écoute du Web. C'est même exaspérant dans le secteur de la publicité, où seulement une infime part de leurs employés utilisent les carnets Web pour suivre les tendances du marché. Et c'est exactement la même chose pour les sites Web en général. Demande à n'importe quel patron le nombre de visiteurs que son site reçoit ? Il y a 8 chance sur 10 qu'il ne le sache pas où qu'il te donne des chiffres farfelus.

C'est exactement la même chose pour les producteurs de sites Web. Plus de 90% des boites qui concoivent des sites Web ne pensent pas a rendre les sites de leurs clients conviviaux aux moteurs de recherche et perdre ainsi de 30 à 75% des visiteurs potentiels.

1 commentaire :

Martin Lessard a dit...

Je reviens sur ton billet : en fait il faut ab-so-lu-ment que les producteurs de site web propose _avec_ leur maquette et leur specs, un plan de cybermétrie _intégré_ aux données essentielles de l'entreprise.

Il faut que les exec summary mensuel qui permet de voir la santé de l'entreprise possède une donnée concernant leur site web.

Mais comme on croule sous le nombre de data disponible, c'est dur d'avoir une donnée uniforme et standard dans l'industrie.

Le nombre de visites n'est pas nécessairement le meilleur indicateur.

Pour le e-commerce, le nombre de vente est intéressant, mais il faut le mettre en contexte avec le nombre de visite (le fameux taux de conversion).

Pour les sites/blog d'image ou de RP, c'est moins évident car je crois que les données des fichiers journaux ne donnent pas la "perception" (subjective) qui est justement plus importante que les données bruts.