19 avr. 2007

Indexation organique : Accepter ou refuser un client

Je fais une petite recherche pour une amie du domaine équestre : Licou en lin. Évidememnt dans une recherche si spécifique (le licou est habituellement en cuir et utilisé pour les animaux) je ne m'attend pas à trouver des résultats très pertinents. Mais ici le 6e résultat me donne une boutique de mode d'ici. Hum...

Bon, oui ok, un licou dans leur jargon de la mode semble être aussi un lacet qui sert d'une bretelle unique à une robe qui fait le tour du coup. Bon, disons que moi comme spécialiste en syntaxe de recherche, j'aurais essayé de suggéré un terme plus terre à terre à mon client mais là n'est pas la question. Voici le résultat : Une page de Cassis provenant d'un site utilisant des "cadres" c-a-d des pages imbiquées l'une dans l'autre et qui fait perdre toute navigation à l'utilisateur provenant d'un moteur de recherche.

Bon rien de nouveau ici, quoique c'est totalement à proscrire depuis des années lumières Web, c-a-d 5 ans au minimum mais dans les cas de vieux sites monté par une seule personne et ayant des centaines de pages, c'est un travail tytanesque. Mais, ce n'est malheureusement pas le cas ici, car la division Cassis de Reithmans n'a même pas une année.

Pourtant, il y a des moyens simples pour rebâtir la navigation d'un site (conçu par une agence externe de pub qui ne comprend pas comme la majorité de celles-ci l'importance des moteurs de recherche pour leurs clients) pour que le site du client n'ai pas l'air aussi "simple" lors de la visite d'un utilisateur d'un moteur de recherche.

Regarder ce résultat et son URL dans Google et ensuite comparez-le au URL dans votre fureteur. Tout ceci a été géré sans langage dynamique, du simple Html et JavaScript pour que l'utilisateur d'un moteur de recherche qui arrive sur un site avec cadrage ne tombe pas sur une page orpheline sans navigation.

C'est un minimum d'éthique pour qui dit faire de l'indexation organique ou sinon refusez tout simplement le client en lui mentionnant qu'un travail d'indexation va lui nuire !

Mais ce ne semble pas être le cas de tout le monde car Ressac Media semble en être fier sur son blogue !!! Fiou.....

2 commentaires :

pstevenson a dit...

Eric,

Comme tu le sais bien, la première priorité d’un spécialiste en SEO est de faire en sorte qu’un maximum du contenu d’un site soit lisible pour les engins de recherche et - en conséquence - visible pour des clients potentiels.

Nous sommes contents de voir que notre travail ne génère non seulement des résultats très appréciés par notre client, mais que cela t’a également permis d’apprendre sur la polyvalence du mot « licou ».

De là notre grande surprise en lisant ta conclusion qui parle d’un manque d’éthique et d’un travail qui peut nuire au client. Comment peut-on arriver à une telle conclusion sans avoir accès aux données de performance?

Selon tes conclusions, un travail d’indexation n’est pas éthique si on ne peut pas changer le contenu et l’architecture du site au complet.

Si tel sont tes conditions de travail, nous aimerions bien t’engager comme CEO (Chief Ethics Officer) chez Ressac Media. Tu seras responsable à convaincre BMW d’utiliser dorénavant le mot « char » sur leur page d’accueil et à expliquer au département IT de Bombardier pourquoi il faudrait mieux refaire leur site au complet. Évidemment, comme le titre de ton article laisse sous-entendre, tu seras payé exclusivement en commission ;)

Cordialement,

L’équipe de Ressac Media

Eric Baillargeon a dit...

Je suis désolé, mais MA priorité n'est pas de présenter un maximum de contenu. Sinon les pages satellites pilluleraient et les tactiques d'extraction de données "content dumping" polluerait les résultats.

Et oui, je maintiens comme seul compromis acceptable dans un cas comme celui-ci, que de ne pas avoir ajouter des pages qui rebâtissent la navigation et les cadres, -sans toutefois changer l'architecture ou le contenu- est absolument indispensable. Je ne trouve pas que présenter une page amputée de la navigation fasse très bonne impression et ce surtout dans le domaine de la mode !!!

Je refuse de nombreux cas et je dis plusieurs fois par année à plusieurs clients, - dont Bombardier-, de tout simplemnt m'appeler avant leur prochain makeover si il ne veulent pas changer en profondeur leur architecture/URI ou leurs tactiques de SEO. Et dans plus de 60% des cas je reçois leur appel dans les années suivantes et dans un autre 20% c'est leur nouvelle boîte de production ou de publicité qui m'engage comme consultant.