27 oct. 2009

Pourquoi j'aime bien la A(H1N1)

Je le sais que ce n'est pas gentil et comme vous je ne suis plus capable d'en entendre parler mais cette cette grippe possiblement pandémique fait bien mon affaire.

Pourquoi je ne déteste pas trop la A(H1N1) et sa surmédiatisation ?

  • Le premier point est que je travaille à distance et que je rencontre rarement mes clients en réel sauf pour des formations. Donc, mon boulot est à risque très limité.
  • Le deuxième point encore plus important est que je travaille beaucoup dans le milieu touristique et une bonne proportion des personnes du secteur marketing passe en moyenne 25% de leur temps (et de 30 à 50% de leur budget) à rencontrer des potentiels clients et "tours operators" ou monter des shows et congrès de l'industrie du tourisme même si 80% des touristes, eux, vont principalement sur le Web pour magasiner leurs vacances.
Ainsi le spectre de la méchante A(H1N1) me donnera un autre solide argument pour une redistribution des efforts marketing sur la Toile pour le milieu touristique.

20 oct. 2009

Le Canada est dans le peleton de queue pour la qualite et les prix d'acces Internet

Voici quelques données tiré de l'étude très complète de 232 pages de The Berkman Center for Internet & Society pour le FCC (Federal Communications Commission) américain.



Voici quelques perles :
Here, our multidimensional benchmarking approach offers substantial new insights. Canada, for example, is often thought of as a very high performer, based on
the most commonly used benchmark of penetration per 100 inhabitants. Because our analysis includes important measures on which Canada has had weaker outcomes—prices, speeds, and 3G mobile broadband penetration—in our analysis it shows up as quite a weak performer, overall.
The highest prices for the lowest speeds are overwhelmingly offered by firms in the United States and Canada, all of which inhabit markets structured around “inter-modal” competition—that is, competition between one incumbent owning a telephone system, and one incumbent owning a cable system. The lowest prices and highest speeds are almost all offered by firms in markets where, in addition to an incumbent telephone company and a cable company, there are also competitors who entered the market, and built their presence, through use of open access facilities.
For example, Italy is only 22nd out of 30 in fixed broadband penetration per 100 but, as we shall see, is fifth in mobile broadband penetration. Canada is a second quintile performer in penetration (down from having penetration levels second only to South Korea's in 2003), but only a fourth quintile performer on speeds and prices. Keeping an eye out for these kinds of discrepancies allows us to identify false “successes” and false “failures,” or be more precise about what aspects of a country's performance are worth learning for adoption,
and which are worth learning for avoidance.

Among the higher performers in general broadband penetration, some indeed do have relatively low broadband penetration for small businesses: Canada (93.7%), the UK (92.1%), and Sweden (94.1%). The rest of the countries that have high penetration per 100 inhabitants also have penetration rates above 95% even in these smaller businesses.


19 oct. 2009

Publicité et agences : Deux ans plus tard, ont-ils compris ?

Voici une étude qui a été publié en septembre 2007 par IBM et intitulé "The end of advertising as we know it" et que j'avais cite ici en novembre 2007.

Note: J'ai ajouté quelques points en gras et insertions en vert)

IBM prédit la fin de la publicité telle que nous la connaissons - Septembre 2007

Le groupe Services d’affaires mondiaux IBM vient de publier son dernier rapport, The End of Advertising as We Know It (La fin de la publicité telle que nous la connaissons), dans lequel il prévoit que l’industrie de la publicité connaîtra dans les cinq années à venir une perturbation d’une ampleur inégalée au cours des 50 dernières années. IBM a réalisé un sondage auprès de plus de 2 400 consommateurs et 80 directeurs de la publicité à l’échelle mondiale. Les résultats révèlent que l’habilitation grandissante des consommateurs, l’autosuffisance accrue des annonceurs et les technologies en constante évolution sont en train de redéfinir la vente, la création, l’utilisation et le suivi de la publicité.

Ainsi, les joueurs du monde de la publicité traditionnelle risquent de voir leurs recettes chuter alors que les budgets seront rapidement réaffectés à de nouveaux formats interactifs, dont la croissance prévue sera de cinq fois celle de la publicité traditionnelle. Pour survivre au sein de cette nouvelle réalité, les diffuseurs doivent changer leur attitude ancrée vis-à-vis du grand public et répondre aux besoins des segments de consommation par créneau et les agents de distribution doivent offrir de la publicité interactive ciblée pour une vaste gamme de dispositifs multimédias. Les agences de publicité doivent expérimenter sur le plan de la création, se transformer en courtiers de données sur la consommation et orienter l’affectation des dollars de publicité au sein d’une explosion de choix. Tous les concernés doivent s’adapter à un univers dans lequel l’achat et la vente de publicités se font de plus en plus dans des marchés ouverts plutôt que par les voies traditionnelles.

« L’adoption du divertissement numérique se fait beaucoup plus rapidement qu’on l’avait prévu. Le milieu de la publicité doit donc complètement réorienter ses activités afin de répondre aux besoins de consommateurs qui, de plus en plus, accèdent à du contenu dans des formats non linéaires, précise Bill Battino, associé délégué du secteur des communications, Services d’affaires mondiaux IBM. Les entreprises doivent revoir leur façon de présenter le contenu aux consommateurs grâce à des modèles de gestion qui sont davantage axés sur l’engagement des consommateurs dans une relation. »

Le rapport dégage quatre moteurs du changement qui font pencher la balance des pouvoirs de l’industrie de la publicité : le contrôle de l’attention, la créativité, la mesure et les stocks de publicités. Comme l’indique le sondage mondial d’IBM sur les médias et le divertissement mené auprès des consommateurs et publié en août, l’attention des consommateurs s’est déplacée et le temps de navigation dans Internet à des fins personnelles rivalise désormais le temps d’écoute de la télévision.

Les consommateurs en ont assez de la publicité interruptive et prennent de plus en plus les commandes du filtrage, de la distribution et de l’utilisation de contenu et des messages publicitaires qui leurs sont associés ainsi que de l’interaction avec ceux-ci. Les résultats du sondage d’IBM révèlent que la moitié des propriétaires de magnétoscope numérique visionnent 50 % ou plus de la programmation en différé et que la publicité télévisée traditionnelle est impossible à transposer en ligne : 40 % des répondants considèrent la diffusion de publicités au cours d’un segment vidéo en ligne plus irritante que toute autre forme de publicité. De plus en plus d’amateurs et de semi-professionnels créent du contenu publicitaire à peu de frais et menacent du fait les agences de création (Ex : lipdub). Quant aux maisons d’édition et aux diffuseurs, ils étendent leurs rôles de création. Les annonceurs réclament une responsabilité et des mesures plus précises relatives au consommateur, et ce, pour toutes les plateformes publicitaires. Les marchés publicitaires libre-service s’accaparent des recettes qui étaient autrefois l’apanage de canaux ou de transactions exclusives.

Les attentes des experts en publicité sont conformes aux tendances mondiales en matière de consommation.

La recherche d’IBM révèle que la nature changeante des consommateurs n’a pas échappé aux experts en publicité, qui voient également poindre des changements profonds à l’horizon. Plus de la moitié des professionnels de la publicité interrogés par IBM s’attendent à ce que, au cours des cinq prochaines années, les marchés publicitaires ouverts (qui sont actuellement dirigés par des sociétés telles que Google, Yahoo et AOL) s’approprient 30 % des recettes que recueillent actuellement les diffuseurs et les médias traditionnels. Près de la moitié des répondants au sondage prévoit une réduction sensible (supérieure à 10 %) des recettes provenant du message publicitaire de 30 secondes dans les cinq prochaines années et presque 10 % des répondants sont d’avis que cette réduction sera importante (supérieure à 25 %). Les deux tiers des experts en publicité interrogés par IBM prévoient que 20 % des recettes publicitaires passeront des formats de publicités par impressions aux publicités par chocs en l’espace de trois ans.

« La publicité demeure une partie intégrante de la culture populaire et continue de financer une partie importante du divertissement partout dans le monde, explique Saul Berman, chef du groupe-conseil Stratégies et changements, Médias et divertissement IBM. Elle doit néanmoins s’adapter aux nouveaux formats et offrir une valeur plus intrinsèque aux consommateurs, qui disposeront de plus de choix. Compte tenu de la mine de nouveaux débouchés publicitaires, l’analyse des consommateurs jouera un rôle plus prépondérant que jamais quelle que soit la position d’une entreprise dans la chaîne de valeur. Les jeunes en particulier n’ont pas l’habitude de payer pour obtenir du contenu. En dépit du contrôle plus étroit qu’exercent les consommateurs sur le contenu et la publicité, nous imaginons un monde dans lequel ces derniers continueront de préférer le visionnement de publicités au paiement direct pour du contenu. »

Selon le rapport d’IBM, d’ici 2012, le paysage de l’industrie connaîtra une transformation si profonde que les joueurs de l’industrie de la publicité, afin de survivre, devront prendre des mesures énergiques pour innover dans trois domaines clés :
  • Consommateurs - Faire de la microsegmentation et de la personnalisation les éléments suprêmes de la mise en marché.
  • Modèles de gestion - Le mode et le lieu de vente des stocks de publicités, la structure et les formes de partenariats, les modèles de recettes et les formats de publicité. ·
  • Conception et infrastructure commerciales - Tous les concernés doivent repenser les ressources organisationnelles et d’exploitation du cycle de vie publicitaire afin de soutenir l’innovation à l’égard du consommateur et du modèle de gestion : rapports sur l’analyse des consommateurs, la planification des canaux, la achat et la vente, la création, la prestation et l’impact.
IBM croit que tous les joueurs devront investir de façon importante dans l’analyse des consommateurs et l’automatisation afin d’en apprendre davantage sur ces derniers et sur la façon de les joindre. Par exemple, la publicité interactive jumelée à des données d’analyse sur la consommation fournit des renseignements probants sur qui a visionné une publicité et y a donné suite plutôt que des estimations d’impressions, et permet donc aux annonceurs de maximiser leurs recettes et la gestion de la recette unitaire. Les joueurs de l’industrie devront par ailleurs vérifier s’ils disposent des ressources et des moyens nécessaires pour prendre en charge un plus grand nombre de promotions de mise en marché et de ventes de publicité intégrée. Enfin, IBM a noté que la montée en flèche du nombre et de la diversité de promotions entraîne un investissement accru dans des outils qui servent à transformer numériquement les flux des travaux des entreprises, dont les processus de gestion de contenu, de création, de production et d’approbation, ainsi qu’à en réduire le coût.

Autres faits saillants de l’enquête :

Attitudes des consommateurs vis-à-vis de la publicité

  • Les magnétoscopes numériques permettent d’ignorer les publicités à grande échelle : La moitié des propriétaires de magnétoscope numérique visionnent 50 % ou plus de la programmation en différé (le taux d’utilisation du magnétoscope numérique au sein des répondants était d’environ 25 %).
  • Les formats de publicité télévisée traditionnelle sont impossibles à transposer en ligne : 40 % des répondants considèrent la diffusion de publicités au cours d’un segment vidéo en ligne plus irritante que toute autre forme de publicité.

Les comportements des consommateurs sont dictés par la génération à laquelle ils appartiennent.

Le sondage réalisé par IBM auprès de consommateurs à l’échelle mondiale révèle des différences importantes dans les comportements des ados « cool », des adeptes de gadgets et des « passifs massifs » :
  • Ados « cool » : Sont nombreux à utiliser les sources de contenu nouveau, gratuit et interactif (75 % dans des sites de réseautage personnel, <15>
  • Adeptes de gadgets : Sont deux fois plus portés à passer du temps en ligne qu’à regarder la télévision et cinq fois plus susceptibles de faire une contribution à des sites de contenu vidéo que les « passifs massifs » ; disposent d’un revenu élevé.
  • « Passifs massifs » : Sont davantage disposés à payer pour du contenu (répartition de 50-50), s’intéressent davantage aux expériences de détente - par conséquent, affichent le taux d’adoption le plus élevé pour la télé payante, les abonnements à des quotidiens en ligne.

Les consommateurs s’adonnent à la création

Les consommateurs participent de plus en plus à la création et à la diffusion de messages :
  • Les consommateurs fréquentent en grands nombres les sites qui subissent l’influence d’utilisateurs : Les sites de réseautage personnel (45 %) et les sites qui présentent du contenu produit par les utilisateurs (33 %) sont ceux dont l’adoption est la plus répandue au sein des répondants - plus élevée que la télé payante (24 %), les quotidiens en ligne (18 %) ou même les services musicaux comme iTunes (24 %).
  • Les utilisateurs fournissent de plus en plus de contenu : 26 % contribuent du contenu à des sites de réseautage personnel et près de 10 % à des sites de contenu vidéo comme YouTube.
  • Les utilisateurs sont des influenceurs de confiance : 32 % ont dit visiter des sites selon les recommandations d’amis, 60 % de ceux qui ont contribué du matériel l’ont fait pour la célébrité (reconnaissance) plutôt que pour l’argent (valeur pécuniaire).

Les annonceurs suivent les tendances des consommateurs

  • Entend réduire ses dépenses en publicité télévisée : 44 % des annonceurs ont dit prévoir une réduction sensible ou importante (c.-à-d., 10 % ou 25 % respectivement) de leurs dépenses en publicité télévisée au cours des cinq prochaines années en raison du changement du comportement du consommateur.
  • Veut des modèles de responsabilité : Deux tiers des professionnels de la publicité interrogés s’attendent à ce que 20 % ou plus des publicités par impressions passent aux publicités par chocs en l’espace de trois ans. Prévoit une perturbation : La majorité (>50 %) des répondants s’attend à ce que de nouveaux aggrégateurs en ligne (diffusion automatisée et à peu de frais des publicités) s’accaparent 30 % de la part des recettes des titulaires de médias en cinq ans.


Ont-ils compris ?

14 oct. 2009

Ma dernière presentation pour le domaine touristique

Présentation produite rapidement en dernière minute dû au délai serré pour l'Association des ATR du Québec. Comme le niveau technique de la clientèle m'était inconnu, je suis parti du Did You Know de 2006 en mettant à jour plusieurs diapos. C'est un peu "manger mou" au début mais ça se corse ensuite.


Liens de la présentation :
Étude bannières du MediaPost
Étude bannières du AdAge
Étude réseaux sociaux de Ruderfinn

2 oct. 2009

E-readiness 2009

Voici le rapport E-Readiness 2009 fait conjointement par The Economist (Intelligence Unit) et IBM Institute for Business Value



Si le Canada est maintenant au 9e rang, ce n'est pas tant que l'on ce soit amélioré (-o.16), mais plutôt que les autres ont déclinés. Comptez bien voir les Américains reprendre le haut du classement l'an prochain avec la crise économique en moins et un Obama au pouvoir.

Voic maintenant un tableau qui m'a fait sourire :

Regional e-readiness leaders: government policy and vision
Sans commentaire Stephen

29 sept. 2009

Douze questions que vous devriez demander à vos clients pour une meilleure vision de ses besoins en rayonnement Web

1. Avez-vous un plan de communication ?
2. Avez-vous une liste de domaines inutilisés que vous avez acheté, mais qui ne sont pas utilisé ou "stationné" ?
3. Annoncez-vous votre URL dans les points de vente de publicité hors ligne et est-que vous avez des pages spécifiques pour chaque campagne dans les médias traditionnels?
4. Est-ce que moins de 90% de vos pages de votre site sont indexées dans Google ?
5. Utilisez-vous du contenu aléatoire (random) en position stratégique (colonne de gauche ou en haut) sur vos premières pages ?
6. Utilisez-vous un blogue, Facebook, Youtube, Twitter, Google Vidéo pour promouvoir vos services? Si non avez-vous au moins réservé vos noms de marque ou de cie ?
7. Dans quel pays sont hébergés vos sites Web et où est votre clientèle cible ?
8. Avez-vous des archives pour votre contenu moins pérenne ?
9. Utilisez-vous des contenus insérés "Embed" (widgets, calculatrices) qui utilisent des chaînes de caractères dynamique ou des nuages d'étiquettes ?
10. Vos numéros de téléphone, adresses postales et e-mail et contact sont-ils à jour et uniquement utilisés sur le Web ?
11. Êtes-vous passionné par le Web ou au pire regardez-vous vos statistiques Web une fois par mois ?
12. Où voyez-vous vos efforts de marketing en ligne à moyen terme ?

18 sept. 2009

En hommage a Renee Whatelet


Entre rage, incomprehension et infinie tristesse

On s'était connu par Flickr il y a quelques années, on s'est suivit aussi par nos blogues et réseaux sociaux. On s'est rencontré dans les YulBlog et Yulbiz, on se parlait par Skype chaque mois, elle était parfois ma rédactrice/correctrice pour des mandats. Nous avions décidés de quitter tous les deux Montréal à peu près en même temps et ont appréciait que le Web nous permettre d'être des nomades numériques.



Je regarde mon Skype, vois ton nom et je rêve que ce gris revienne au vert.

Un beau portrait d'elle
Le connard

17 sept. 2009

La part des mobiles sur deux continents

Site d'un média en France sur un échantillon de 2,2M/VU pour un mois
Fureteur et SE
Pourcentage
Safari / iPhone
1.40%
Safari / Symbian OS
0.49%
NetFront / Sony
0.15%
Safari / iPod
0.14%
NetFront / Samsung
0.11%
BlackBerry9530 / BlackBerry
0.06%

Portail Québécois avec un échantillon de 1,1M/VU


Fureteur et SE
Pourcentage
Safari / iPhone 0.34%
BlackBerry9530 / BlackBerry
0.01%


Morale : Bas ;-)

11 sept. 2009

L'esclavage technologique et les petits moutons canadiens

Vous pensiez que l'esclavage avait disparu au Canada ? Bande de caves ! Pour travailler dans ce 21e siècle nous dépendons tous de moyen de communication. Et certains requins l'ont bien compris. Les Bell, Telus et quelques autres cie de télécom nous charge en moyenne plusieurs centaines de dollars par année de plus que la grande majorité des autres habitants de cette planète pour les plans téléphonie et données.

Et pourtant dans cet article de la CBC Canadian cellphone rates among world's worst du mois d'août dernier on lisait ceci ce qui redonnait un peu espoir :
The poor showing was not surprising — the Canadian government has acknowledged that rates are too high and are contributing to lagging cellphone usage. Canada now ranks last for cellphone users per capita in the OECD, having been surpassed by Mexico since the organization's previous study.
Mais évidemment les requins ont sentis la soupe chaude et ont vu que le ministère de l'industrie allait nous fournir un simple outil pour déméler les plans et forfaits outrancieusement compliqués que les telcos nous affligent. Alors les lobbyistes de ces telcos ont fait pression auprès du ministre conservateur et vlan!!! Finis l'outil qui aurait probablement démontré combien on se fait fourrer.

Et la meilleure, on va payer 1,4 millions de dollars de nos taxes pour avoir développer et ensuite flusher cet outil ! Tous en coeur !

10 sept. 2009

La veille Internet sert aussi au R&D et a la production

Dans un contrat passé, il y a presque 2 ans maintenant, j'ai découvert qu'avec de bons outils de veille internet on peut aussi aider des départements de R&D et de production.

Le cas

En regardant mon aggrégateur j'ai remarqué un matin qu'il y avait une certaine effervescence sur divers sites et réseaux sociaux (sans que mon client n'y ai rien à voir) sur un nouveau prototype beta qui fut présenté, - et donc photographié, lors d'un salon spécialisé aux États-Unis. Après quelques jours la vague était vraiment devenu un petit tsunami, tellement qu'après 10 jours les données de ma pipe recueillis sur ce nouveau prototype éclipsait déjà le produit vedette du client qui existait depuis 2 ans. Coup de fil au client pour avoir du département de production les chiffres de production du produit vedette et ceux envisagé pour le prototype. Suite à l'engouement et les commentaires positifs sur les blogues, Facebook et Flickr, je fis la suggestion de quintuplé la production du prototype. Résultat: Après 2.5 mois le prototype était déjà en rupture de stock ;-)

Coût : Moins de 2,500$
Gains : Plusieurs centaines de milliers de dollars

31 août 2009

Twitter et son potentiel effet boule de neige



Ce nouvel outil que nous offre IceRocket permet à la base de trouver des followers communs ainsi que des "friends" où il y a réciprocité de veille. Mais à la base, la donnée la plus marquante est le potentiel de diffusion énorme qui atteind ici (1,758,261 subfollowers) grâce à Michelle Blanc avec ses 5,626 followers combiné à mes 1,584 petits copains qui me suivent aussi.

Une autre point d'intérêt pour ce nouvel outil est de faire de la segmentation de niche pour le marketing. Qui suit Pauline Marois, Jean Charest et Radio-Canada ou encore qui suit le Christian Science Monitor et la Nasa ? De cette manière vous pourrez facilement trouver des followers plus intéressé par votre niche.

28 août 2009

Google Maps : Liens commerciaux avec pictogramme

Voici deux captures d'écran où il apparait maintenant des pictogrammes commerciaux sur Google Maps :

Ici le pictogramme d'hôtel (cliquez l'image pour agrandir)


J'aimerais bien avoir des données sur le rendement probablement assez élévé de ce nouveau lien commercial ?

J'ai testé plusieurs villes au Canada et c'est uniquement sur Montréal qu'il y en a pour le moment !

27 août 2009

Bienvenue - Accueil - Jelis numérique - Archambault

Bienvenue - Accueil - Jélis numérique - Archambault

J'adore un titre (balise Title) aussi évocateur(trice) en 2009 ! Quand dans 10 ou 15 jours le buzz du lancement ne fera plus la première ligne de l'actualité, vous aurez passablement de difficultés à trouver le site de Jelis sous "livres numériques" et encore plus sur "livre numérique" qui est au moins trois fois plus recherché que dans sa version pluriel !!!!

Quant au nom Jelis comme marque et nom de domaine pour quelque chose de numérique et d'innovateur, je cherche encore pourquoi ? Au moins avec je-lis.ca je n'aurais pas pensé à la consonnance anglaise en premier et à la marque Jello en second.

Finalement comme la plupart des actions de Québécor sur la Toile c'est un "Jolie Jello" !

25 août 2009

Nom de domaine

Il y a des perles disponibles comme nom de domaine. Ayant fait la tournée des nom de domaines disponible pour quelques clients, j'ai trouvé qui aurait été même très tentant pour moi d'acquérir si je n'avais pas une si bonné éthique professionelle. Merci maman.

Pour cette jeune coopérative de professeurs de musique (Coopérative des professeurs de musique de Montréal (CPMM), évidemment je ne pouvais pas choisir plus de 2 mots-clés car cela aurait été un peu long à taper et aussi à inscrire sur carte d'affaire et autre moyen traditionnel de communication.
Alors j'ai fait des recherches et oh! miracle www.professeur-musique.com était disponible. Évitant de faire l'erreur classique, même si cette coopérative qui a plus d'un professeur, le client lui n'en cherche pas 2 ou 10 mais bien un dans plus de 80% des recherches !

Les reseaux sociaux de plus en plus actifs et populaire

L'étude Groundwell de Forrester nous montre, - encore plus qu'en 2008-, que les réseaux sociaux ont la cote en 2009. La portion publié gratuitement sur les États-unis aujourd'hui nous montre une certaine augmentation des créateurs de contenu mais surtout une très bonne augmentation des participants (joiners).

Voici déniché sur leur site, les graphiques de l'étude décortiquée par pays :

Créateurs: Publie un blogue et/ou des pages Web et/ou téléverse des vidéos et/ou de la musique personnelles.
Critiques: Publie ou côte des appréciations de produits/services.
Collectionneurs: Utilise les fils RSS et/ou ajoute des étiquettes aux photos et/ou vote pour des sites Web.
Participants: A un profil à jour sur un réseau social et/ou visite des réseaux sociaux.
Spectateurs: Lit/regarde/écoute le contenu des autres.
Inactifs: Ne créer ni ne consomme du contenu social.

18 août 2009

Twitter a presque rejoint le courriel pour la diffusion de l'information en ligne

Après Facebook c'est le courriel avec 11.1% et bientôt ratrappé par Twitter avec un score de 10.8% pour ce qui est des sources de partage de l'information en ligne !

11 août 2009

Apple perd de la pelure et risque des pepins à son image de marque

Après plusieurs sortie en règle contre le retrait des applications Voice de Google sur le App Store de Apple voici que Google projète de faire un Widget qui s'installerait sur vos blogues et site et qui permettrait de contournai la censure forcé probablement par ATT sur ces applications des Iphone qui permettrait d'envoyer des SMS et de faire des interurbains à moindre frais.

6 août 2009

Publicite : La prochaine decennie changera la donne

Comme mentionné dans mon billet de janvier 2008 : L'annee du debut de l'ecremage publicitaire ?, des changements importants affectent aussi ce secteur dû à la migration, - petit à petit -, des budgets vers le Web.

Ici l'affaire Cossette fait jaser, mais de l'autre coté de l'atlantique Publicis projetterait de faire l'acquisition du numéro un marketing Web des mains de Microsoft! Pour ceux qui ne connaisse pas Razorfish, c'est une des leaders américains qui est aussi à l'avant-garde de *toutes* les agences du coté du Web.

30 juill. 2009

Yahoo qui s'allie Bing : So what ?

Pour faire suite à l'article de la Presse d'Émile Côté, je vais finalement donner ici quelques informations supplémentaires.

Primo, Yahoo était un répertoire à l'origine et est ensuite devenu un moteur de recherche et ensuite un portail vers la fin des années 90. C'est justement un des facteurs qui a permis à Google de percer ce marché et de redéfinir et surtout simplifier la recherche sur internet en plus de fournir des résultats probants.

Yahoo ensuite avait une entente avec Google pour obtenir les résultats de recherche de celui-ci qui avait été rompu au 1er septembre 2002. J'avais alors été d'ailleur le premier à m'en rendre compte. Il s'en suit une longue liste de refontes, de la page d'accueil épurée au retour au style portail, rien n'y a fait.

Je ne pleurerai pas Yahoo, mais si c'était tout de même une emblême à l'époque. Les seules utilisations que j'en ai faites dasn les dernières années étaient surtout pour sa section SiteExplorer qui était rapide, mais pas très à jour, pour connaître les (vieux) liens externes pointants sur les sites de mes futurs clients alors que je discutais avec eux au téléphone pour un devis à venir. Ensuite j'utilisais des outils plus à date.

Le vide crée par Yahoo se remplira probablement

À l'aire du 2-3.0 et des Twitter et Facebook, la grande problématique est de un la pérennité de l'information, et de deux sa mise en valeur par les moteurs de recherche. Jamais un micro-billet de Twitter ne fera la une de Google recherche. Idem pour Facebook à moins d'utiliser un expression ou nomenclature "d'ami" très batarde.

Les répertoires qu'étaient Yahoo Directory ou Dmoz sont tellement obsoletes. Il y a un grand trou noir ici pour de l'information valable. Un répertoire de source fiable, mais de consultation rapide avec des possibilités "drill-down" sur des commentaires et votes avec une ergonomie 3.0 manque cruellement sur le Web. Yahoo devrait absolument reprendre cette voie.

28 juill. 2009

Suivi des evenements dans Analytics : Nomenclature des étiquettes

Suite à mon dernier billet sur le suivi d'évènements dans Google Analytics, voici un petit exemple concret qui montre la versalité des étiquettes pour le suivi d'évènements et qui est maintenant quasi indispensable pour une lecture facile des rapports statistiques souvent rébarbatifs.

Exemple :

Sur un portail touristique X il y a de multiple liens vers une auberge Y qui proviennent de différentes sections comme ; la section hébergement, la liste des restaurants, le coin gastronomie, la section congrès et évidemment ces mêmes sections et pages dans la version anglaise du site. En nommant clairement les étiquettes d'évènements des liens, il est maintenant aisé de voir d'où proviennent les liens et de savoir ce qui intéresse le plus les visiteurs.



Note: La casse (minuscule/majuscule) permet aussi d'avoir une même expression-clé mais le "Events Tracking" d'Analytics les séparera distinctivement dans vos rapports.

20 juill. 2009

Google Analytics: Qu'est-ce que le suivi des événements (event tracking)

Les événements sont des actions qui prennent les visiteurs sur une page Web qui ne génèrent pas de nouvelles pages vues. Une interaction avec un lecteur vidéo, un lecteur audio/vidéo ou une micro-application (widget) sont tous des événements.

Le suivi de ces événements (interactions avec un objet d'une page) fournit un grand nombre d'indices pour mieux comprendre ce que les visiteurs font sur votre page.

Dans l'ancienne version de Google Analytics on pouvait suivre ces données grâce aux pages vues. Mais c'était vraiment inefficace. Tout d'abord, cela créait beaucoup de pages vues qui accroissait artificiellement le nombre de pages vues. Deuxièmement, le rapport n'avait pas été pensé pour gérer les événements de sorte qu'il n'a jamais fourni aucun véritable indice valable.

Nous avons maintenant le suivi des événements. Le suivi des événements ajoute une couche de données à la hiérarchie des données du visiteur:
  • Visiteurs
  • Visites
  • Page vues
  • Événements

Maintenant, nous pouvons vraiment avoir une bonne idée de la façon dont les visiteurs se servent de nos contenus interactifs. Ce sera essentiel pour que les technologies du web 2.0, comme l'Ajax ou le Flash, continuer à évoluer. Ou encore pour ne pas être limiter à uniquement définir quatre buts dans Google Analytics (billet à venir).

Chaque fois qu'un événement se produit GA augmentera le compteur des événements. Donc, si nous effectuons le suivi des clics sur un bouton, GA va nous montrer le total des clics spécifiquement pour ce bouton.

Commencez par des questions d'affaires

Avant d'en arriver à la structure des données d'événement, je vais vous parler d'analyse. Toute analyse commence par une question d'affaires. Quel est le plus populaire des mots clés que les visiteurs recherche? Combien de ventes ai-je eu la semaine dernière? Combien de revenue a générer une campagne?
Normalement, lorsque vous utilisez GA, vous n'avez pas besoin de faire une configuration spéciale pour répondre à ces questions. GA le fait en grande parti automatiquement pour vous.

Mais avec les événements, vous avez besoin de spécifier toutes les données qui se retrouvent dans vos rapports de GA. Vous devez littéralement définir quelles données vous voulez que GA rassemble comme nom et valeur.

Si vous ne savez pas ce que les entreprises cherchent comme questions d'affaires, vous ne serez pas en mesure de créer les données spécifiques et concrètes. Comme je l'ai continuer ce post, je vais utiliser un exemple, Google Maps. Si j'étais un analyste pour les cartes, je tiens à répondre à un tas de questions: Comment les gens utilisent-ils le zoom avant et arrière? Quelle type de cartographie est la plus populaire: carte relief, satellite, vectorielle ou traffic ? Combien de personnes font le glisser d'un marqueur sur une carte pour une nouvelle adresse?

Pour rendre les choses faciles, nous allons se concentrer sur une seule question: Quelle type de cartographie est la plus populaire. Alors maintenant que nous savons que la question que nous cherchons à répondre, parlons des données dont nous avons besoin pour y répondre.

Compréhension du modèle de données

Il y a 4 catégories au modèle de données d'événements:
  • Catégorie (Object dans la première version du Tracking events d'Analytics)
  • Actions
  • Étiquettes (optionnel)
  • Valeurs de l'objet (optionnel)
Catégories

Les catégories sont des sections spécifiques de pages ou nous voulons que les visiteurs interagissent. Cela pourrait être un lecteur vidéo ou un calendrier d'évènements sportifs fait en Ajax. Pour continuer notre précédent exemple, l'objet serait la «Carte Google». Rappelez-vous, la question d'affaires, que nous cherchons à répondre concerne un élément de la carte.

Actions

La deuxième partie du modèle de données sont les actions.
Les actions sont attachées à un objet et représentent les interventions que les visiteurs effectuent sur notre objet.

Il peut y avoir beaucoup d'actions associées à un objet. Il suffit de penser à notre carte. Il y a tellement de choses que le visiteur peut faire avec. Mais nous voulons définir les actions qui concernent directement les questions d'affaires. Voici quelques mesures que nous pourrions définir pour la catégorie "Carte":
  • Zoom avant
  • Zoom arrière- Changer le type de cartographie
  • Glisser un marqueur
  • Imprimer
  • Envoyer
  • Créer un lien
Parce que nous sommes sur une question d'affaires, nous allons mettre l'accent sur l'action: «Changer le type de cartographie».

Étiquettes

Les étiquettes spécifient quele type d'action qui s'est produite. Si les actions nous disent ce que le visiteur a fait, les valeurs nous donneront un résultat quantifiable.

Donc, pour le «Changer le type de cartographie» que j'ai créé, précédemment, j'ai besoin des étiquettes suivantes:
  • Carte relief
  • Carte satellite
  • Carte vectorielle
  • Carte traffic
La nomenclature des étiquettes est très importante pour la compréhension des actions. Si une des actions a seulement une valeur, il ne fournit aucune idée de ce que le visiteur fait.

Valeurs

La dernière partie du modèle de données est la Valeur. Les valeurs sont facultatives, mais peuvent fournir un grand nombre d'indications et mieux comprendre certains événements. Les valeurs peuvent être n'importe quel type de données numérique qui indique la valeur de l'action et de son étiquette. Bien qu'il n'y a pas nécessairement des valeurs déterminantes pour notre exemple, nous allons attribuer une valeur numérique à chaque étiquette. Qui sait, peut-être quelqu'un l'affichage d'une carte hybride est une valeur de plus de l'affichage d'une carte ordinaire:
  • Carte relief : 5
  • Carte satellite : 10
  • Carte vectorielle : 15
  • Carte traffic : 20
L'utilisation de valeurs monétaires aide aussi à quantifier quelles actions ont la meilleur valeur à notre question d'ordre économique.

Intégration du suivi d'évènements dans vos pages

Avec la nouvelle version du suivi de l'évènement, publié au printemps de 2008 et accessible à tous au printemps 2009, deux changements importants ont eu lieu:
  1. Il suffit d'utiliser pageTracker._trackEvent () pour créer un nom de catégorie et de suivre les actions, les étiquettes et les valeurs en une seule étape, et non deux comme auparavant.
  2. Le terme d'"objets" a aussi été changé en "catégories" pour mieux refléter le concept de suivi d'une catégorie d'éléments de page, tels que "Video Player".


script type="text/javascript">
try {
var pageTracker = _gat._getTracker("UA-xxxxxxx-x");
pageTracker._trackPageview();
} catch(err) {}
/script>

Une fois ce script placé sous l'appel de Ga.js simplement codé vos liens avec le _trackEvent().

La syntaxe du _trackEvent () est : _trackEvent (catégorie, l'action, étiquette_optionelle, valeur_optionelle)

Ex :
a href="page.php" onclick="pageTracker._trackEvent('Type de cartographie', 'Relief', 'Carte Relief - Page Française', 5)
a href="page.php" onclick="pageTracker._trackEvent('Type de cartographie', 'Satellite', 'Carte satellite - Page Anglaise', 10)

Le _trackEvent() peut aussi servir pour définir des buts (goal) car ceux-ci sont malheureusement limité à quatre dans Analytics.

a href="page.php" onclick="pageTracker._trackEvent('Formulaire Achat', 'Accès page 1', 'Renseignement personnel', 1)
a href="page.php" onclick="pageTracker._trackEvent('Formulaire Achat', 'Accès page 2', 'Renseignement financier', 10)
a href="page.php" onclick="pageTracker._trackEvent('Formulaire Achat', 'Accès page 3', 'Formulaire complété', 100)

15 juill. 2009

Selection de date simplifie pour Google Analytics

Une des mes grandes frustations avec Google Analytics était la sélection de la période de comparaison de date. Dans le cas de clients avec services ou produits saisonniers, la fonction de comparaison d'Analytics sélectionnait automatique la semaine ou le mois précédent, à la place de choisir la même période de l'année précédente. Frustrant et consommateur de temps !

Je le cherchais depuis longtemps ce petit plugiciel qui roule sous GreaseMonkey :


  1. Installer premièrement GreaseMonkey pour Firefox si ce n'est pas déjà fait.
  2. Aller sur UserScripts.org où se trouve des milliers de scripts et installer GA Advanced Date Selection.
Et voilà !

1 juill. 2009

Déménagement et chambardement 3.0

Personnel

Et oui, gros changement, après avoir fait mon 27e déménagement (à vie) sur le plateau en 1995, je retourne à mes amours de 1979-1985 après 23 ans à Montréal et 15 ans sur le plateau Mont-Royal que j'ai apprécié, je retourne vivre dans Charlevoix dans une semaine ce qui explique un tantinet mes billets moins fréquents depuis plusieurs semaines.

Je ne chôme pas, entre faire mes boites et le ménage de mes artéfacts des 23 dernières années urbaines, sans compter mes nombreuses dernières formations en rayonnement Web en plus de divers analyses et contrats récents où normalement depuis plusieurs années je suis habituellement en vacances estivales de 2-3 mois, il est grand temps que je quitte cette ville qui commencait à me faire suer royalement par sa pollution sonore qui me stressait de plus en plus depuis une année ou j'ai passé le deux tiers de mon temps dans Charlevoix.

Évidemement je reviendrai dans cette ville une bonne dizaine de fois par année pour faire des formations, rencontrer des collègues au Yulbiz, m'imprégrer de culture émergente, aller dans quelques "camps" et autres colloques, mais je vais surtout continuer et paufiner dans le calme mon travail de rayonnement Web, de pollinisation de réseaux sociaux, de veille et monitoring à distance d'un endroit paradisiaque.

Vue de ma galerie du matin

Vue de mon bureau

Pollinisation 2.0 ou communication en réseaux sociaux

Suite à mes précédents billets du 10 juin dernier où je notais une fulgurante augmentation des visiteurs provenant des réseaux sociaux, j'ai acouché du nouveau terme qui fait du sens pour parler de la communication d'entreprise avec les réseaux sociaux : La pollinisation Web ou pollinisation 2.0.

Pourquoi "pollensation" ?

Du fait que dans les statistiques, les visiteurs venant des réseaux sociaux sont habituellement plus curieux et visite plus de pages sur les liens mis dans ceux-ci et résultent plus souvent en résultats directs (formulaire, appel, shopping cart) que les usagers des moteurs de recherche.

16 juin 2009

Un premier coup d'etat numerique ?

Assez impressionnante cette (r)évolution irannienne qui est en train d'avoir lieu. Twitter, le blogue et le réseau social sont au coeur de ce qui pourrait être un coup d'état numérique.

Quand une plateforme de micro-bloguage en est rendu a recéduler sa mise à niveau à cause de ce qui se passe en Iran, c'est que la démocratie devient planétaire. Voir ces deux excellent billets, l'un du copain Martin Lessard et spécialement celui de Philippe Gammaire.

10 juin 2009

Comprendre et adopter les reseaux sociaux

Robin Teigland est professeure agrégé de la Stockholm School of Economics (SSE) en Suède. Elle a fait beaucoup de recherches sur les réseaux sociaux et leurs liens avec la stratégie, les connaissances et leurs performances. Voici une des meilleures présentations que j'ai vu sur les réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux en fulgurante augmentation

En janvier dernier j'avais déjà noté une bonne augmentation des référents provenants des réseaux sociaux, mais ce matin après la lecture de ce billet qui nous offre des chiffres très surprenants, j'ai été voir quelques statistiques de clients et surprise tout de même :
  • Été 2008 : 2.1%
  • Janvier 2009 : 5.4%
  • Juin 2009 : 22.3%
Donc 10 fois plus de visiteurs provenant des réseaux sociaux en une seule année. Wow !

9 juin 2009

Google Language Translate API Script


En regardant aujourd'hui le lancement du Translate Toolkit qui permet de traduire des url ou des documents, je vais vous faire découvrir un petit script roulant sous GreaseMonkey sous Firefox qui communique justement avec l'API de Google Translate et qui permet la traduction très rapide de n'importe quel texte dans une page Web et permet ainsi de me sauver passablement de temps.

Voici donc le Google Language API Translator Tooltip qui permet une traduction rapide et de plus en plus efficace et ce dans toutes les langues supportées par Google Translate !

Yauba : Moteur de recherche indien qui se distingue

Yauba n'est pas très connu, même après quelques mois d'existence. Ce qui le distingue c'est la recherche des réseaux sociaux ainsi que plusieurs type de documents et aussi de son unique politique de confidentialité :
We do not keep any personally identifiable information.
Period.

8 juin 2009

Bing : Essouflement des visiteurs

Après une pointe de plus de 10%, mes statistiques vont dans le même sens que celle de Hitwise UK sauf pour Yahoo qui dépasse toujours Bing par au moins cinq têtes chez plusieurs de mes clients.

4 juin 2009

Microsoft aurait-il appris de la crise automobile ?

C'est l'impression que j'ai quand je vois que cette "vieille" institution utiliser maintenant plusieurs technique marketing 2.0 pour lancer son nouveau moteur Bing.

Un des meilleurs coups (trop tordant) c'est que la gang de Redmond utilise son concurrent Google pour lancer ses propres annonces sur YouTube avec un canal spécifique www.youtube.com/bing lancé il y a une heure à peine et qui peine parfois à être visible tant la demande semble être forte.

L'équipe marketing de Microsoft a aussi utilisé Twitter et Facebook pour lancer son nouveau moteur ! Ils ont en plus définit leur deux principaux crénaux qui sont le shopping (/shop) et le tourisme (/travel). Bravo !!!

Bing se taille deja une place


Je suis un peu surpris que Bing se pointe déjà dans les statistiques de quelqu'uns de mes clients. Presque 1% de part de marché en 3 jours pour un des sites" grand public" que je veille en France.
Bing s'est placé dans des créneaux plutôt commerciaux comme la comparaison de produits, le tourisme et la santé tout en favorisant les résultats locaux, donc il sera probablement un nouveau joueur à ne pas négliger dans ces secteurs.

En regardant un petit échantillon de 4,000 visiteurs sur un site touristique, Bing frôle déjà les 4% de part de marché. Pas mal du tout en trois jours et près du double de ce que son prédécesseur (Live) nous donnait!!!

3 juin 2009

Google is the Google Killer

Hé oui, ne cherchez pas plus loin, Google se torpille tranquillement lui-même. Comment ? De nombreuses manières, mais surtout avec l'historique de navigation (Web History) et la personnalisation des résultats et sa localisation.

La mention des résultats personnalisés est d'ailleur passé du haut de l'écran à droite, (où il était bien en évidence) dans la ligne où était écrit le nombre de résultats -, au bas de la page, presque caché.
Ceci impacte grandement les résultats présentés, jusqu'à mettre un résultat de la 35e position à la 3e place ! Et désactiver votre historique Web peut s'avérer un réel problème, car avec les nombreux services de Google, (Gmail, Reader, Calendar, Analytics, Blogger et les 50 autres) vous êtes très souvent captif de votre compte chez Google.



Et quand finalement vous vous déconnecté de tous ceux-là, vous avez cet écran où il vous faut entrez votre mot de passe pour effacer votre historique. Mais, si comme moi, vous utilisez la version américaine de Google, et vlan, vous vous retrouver connecté encore à Google.com, sans la mention de personnalisation et d'historique, mais avec de petites traces de vos clics sur les résultats. Google semble avoir des politiques différentes de pays en pays pour l'aggrégation de vos escapades sur la Toile.

Heureusement, en ajoutant le paramètre &pws=0 à la fin de l'URL de votre précédente recherche, vous pouvez annuler la personnalisation de votre historique de navigation et finalement voir ce qui les autres utilisateurs "vierge" perçoivent en utilisant Google.

Je ne comprends pas pourquoi Google pousse si fort pour sa personnalisation. Oui je comprend que la localisation des résultats est utile, que nos données de navigation lui soit utile, mais il se tire dans le pied avec la personnalisation des résultats.

Plusieurs de mes clients ne voit plus la nécessité d'utiliser Adwords, car en cherchant et veillant sur leurs secteurs d'activités, ils voient leur propre site souvent très bien positionné, alors que dans la réalité, il est passablement, et de plus en plus, très loin de ce que voit les autres utilisateurs de Google voient.

22 mai 2009

L'algorithme de Google pris en defaut

C'est extrêmement rare, mais cette requête sur "Les auberges de la région" sur Google favorise grandement la jeunesse alors que 18 des 20 premiers résultats sont tous des auberges de jeunesse !
Cliquez l'image pour agrandir : Capturé avec GoogleMonkeyR dont j'ai parlé ici.

Normalement, Google essai de diversifier le plus possible les résultats, mais ici c'est plutôt vertical comme résultats.

21 mai 2009

Le Quebec traine de plus en plus la patte au niveau du Web

Je suis d'accord avec Michelle, c'était une minorité qui avait mis le Québec sur la carte du Web au début de ce 21e siècle, mais le fossé se creuse de plus en plus devant l'inaction flagrante de nos dirigeants, que ce soit du coté politique ou d'affaires.

C'est encore plus évident pour moi maintenant, alors que je passe plus de temps en région que dans la métropole, c'est effarant le manque de vision ici, sauf pour quelques précurseurs !!!


14 mai 2009

Twitter to spam


C'est fou comme cette boîte SEO maîtrise bien l'art de la conversation sur Twitter!!!

La publicite en recherche (PPC) decline du quart


Ce sont les derniers chiffres de HitWise qui nous disent cela, mais pour une rare fois, j'ai observé passablement les mêmes tendance sur la toile surtout que je bosse actuellement sur quelques mandats dans le tourisme.

12 mai 2009

Hitwise couvrira le marche canadien

Très bonne nouvelle que nous apprend Yannick Manuri et comme il le mentionne, enfin un fournisseur de chiffres qui lève un peu le voile sur sa méthodologie !!! J'ai comparé plusieurs sites de mes clients par le passé et les chiffres de Comscore sont outrageusement dans le champ. Quand je voyais des écarts allant de 100 à 500% sur les données réelles de mes clients, je pestais contre ce type de service à la Jojo Savard (une astrologue très peu crédible et assez connue ici)

Le mensonge sur la Toile n'est pas virtuel

Bon, en plus de recopier une stratégie pas très maligne pour un produit et service qui n'avait vraiment pas besoin de ça, Morrow Communications (morrow.ca mais hébergé aux US) a causé la première crevaison du Bixi qui sera officiellement lancé aujourd'hui.

Je ne comprend pas. Surtout après les nombreux cas relatés depuis 3-4 ans. Cette simple entrée au Wikipédia devrait en faire réfléchir plus d'un. Il y a encore 272 pages sur la Toile uniquement sur "Edelman fake blog" (avec guillemets) en plus de la trace indélébile du Wikipédia.

5 mai 2009

Commerce électronique: Profilage de vos acheteurs

Le commerce électronique n'est pas nécessairement une vente à l'aveugle si vous prenez le temps d'analyser vos statistiques Web efficacement.

On ne voit pas de visu le client débarquer de sa BMW ou de son tacot et on ne peut voir ses fringues et sentir son Aquavelva ou la dernière fragrance de Chanel mais en fouillant un peu dans ses statistiques (ou du coté de script de détection) on peut profiler un peu son client.

En plus de votre base de données de clients passés qui ont déjà été inscrits et dont vous avez l'historique d'achat et plusieurs métriques usuelles comme son adresse pour les livraisons, les visiteurs et acheteurs de votre site transactionnel peuvent aussi vous révélez plusieurs informations assez valable si votre système de statistiques Web est bien fusionné avec votre panier électronique de transactions.

Voici quelques données intéressantes que j'ai glané sur quelques centaines de transactions :

- Les utilisateurs d'ordinateur Mac sont de meilleurs acheteurs que les utilisateurs de PC
- Les visiteurs en provenance de AOl, Ask et Yahoo sont de meilleurs clients que ceux de Google
- Les utilisateurs de Ipod Touch ou Iphone sont aussi de bons clients à ne pas négliger
- Plus les résolutions d'écrans sont hautes (mobile inclus), plus le potentiel de conclure la transaction est élevé
- Le ratio visite/achat provient souvent de pays négligeables à premier abord : Quatar, Iran, Bermudes, polynésie, Nouvelle-Zélande, Émirats Arabe, Hong-Kong, Chine, Norvège... 18- Canada, 19-États-Unis

17 avr. 2009

2009 et 2010 seront des annees organiques

Depuis 1996 que je fait de; l'indexation (1996-1998), du SEO (1999-2001), du SEM grâce aux blogs et au PPC (2002-2004) et du rayonnement Web depuis 2005, je n'avais jamais connu un aussi bon début d'année spécialement axé sur de l'optimisation Web tout en teintant selon mes clients de diverses autres stratégies de rayonnement Web marketing.

Étant assez précose dans l'adaptation et la maîtrise des nouvelles technologies reliées au Web, des blogues en 2000 jusqu'au tout dernier réseau social comme Twitter, je me lasse passablement plus rapidement que mes collègues et en cette année 2009, je soupçonne qu'un certain cycle se terminera bientôt d'ici quelques mois (18 au plus) et que la roue risque de reprendre fortement sur la base de ce qu'est à l'essence le Web, la communication et maintenant une communication bi-directionelle avec du contenu pérenne.

Un indice assez prémonitoire de cet état de fait est la divulgation hier des états financiers de Google qui sont à mon avis assez criante sur l'état actuel du PPC si l'on considère que Google a multiplié les endroits où l'on retouvent ces publicités comme sur Google Finance, News, Maps ou même Gmail dans les diverses langues d'interfaces où avant on ne voyait que très rarement plus d'une publicité ou deux.

15 avr. 2009

Site Web au Quebec en 2009 : Anglais, francais, digital native, natif numerique

Je fouille et refouille pour quelques clients les statistiques des mots-clés utilisés en recherche et je suis stupéfait par le changement de vocabulaire employé en recherche depuis les trentes derniers mois et spécialement depuis le début de l'année 2009.

Vous vouliez sortir le soir en ville en 2004-2006 : Concert, spectacle, sortir, activité culturelle, exposition, théâtre, etc... étaient les mots employés à cette "époque" ;-)

Aujourd'hui si vous voulez sortir en ville en 2009 : Des termes comme "Quoi faire" sont de plus en plus popualire en recherche et ont fait un bon de 250% dans les derniers mois, comme plusieurs autres termes plus "simpliste" utilisé par la génération des natifs du numérique.

3 avr. 2009

Onglet Ecommerce dans Google Analytics

Vous saviez déjà qu'une majorité de vos clients ne consulte pas régulièrement leur statistiques de fréquentation sauf pour une majorité de commerçants en ligne. Mais de ceux-ci, qui gagnent leur pains et leur beurre du Web, une petite proportion ont pourtant configuré la fonctionalité Ecommerce dans Google Analytics.

Sortez du brouillard

Voici simplement deux copies d'écran qui devrait vous faire apparaître une grosse lumière dans vos brouillard de chiffres qui avec ses données vont vous faire apparaître où concentrer vos effort d'optimisation.

Vos meilleurs sites référants (et par la bande vos retour sur mailing-list) :


Vos meilleurs mots-clés

Comme vous le verez en cliquant sur ces images, les colonnes; revenue, # de transactions, moyenne des $ de transactions, taux de conversion et valeur $ par visite, vous donneront souvent une toute autre perpective sur vos statistiques Web et permettent de cibler dans ces deux cas les site référants les plus profitable ainsi que vos mots-clés les plus payants.

1 avr. 2009

IceRocket : Un nouvel outil de veille assez efficace

Très intéressant et leur URL friendly permettent de suivre l'évolution aisément de vos veilles en plus de l'utlisation de hashtag (#) qui permettra de faire un bon suivit des réseaux sociaux comme Twitter, Friendfeed, etc..

Je manque de temps ce primtemps, donc allez voir aussi Researchbuzz pour de plus amples renseignements.

14 mars 2009

L'API de Best Buy : Le commerce electronique 2.0 vient de voir le jour

Cette idée n'est pas nouvelle en soi, mais de l'appliquer au commerce électronique est vraiment bonne selon moi.

Best Buy a lancé une API appelée Remix, qui a rendu public hier au SXSW. Qu'est-ce que c'est?

C'est l'ensemble du catalogue de produits de BestBuy qui est désormais disponibles pour des développeurs tiers qui peuvent remodelé le contenu et aussi de créer leur propre version de BestBuy. On peux s'ttendre que certains modèleront un mélange des produit et des recommandations de leurs amis Facebook ou Twitter. Évidememnt des commissions sur les ventes finales vous seront versées.

Il y a aussi possibilité de pousser les données dans GetSatisfaction, un sous-site de soutien! J'ai hâte de voir ces premiers remodelages !!!

11 mars 2009

Google : Les disparites selon la localisation de l'hebergeur du site augmente

Les disparités dans le positionnement des résultats sont devenus gigantesque. Sur une requête faites sur Google.com et ensuite sur Google.ca les différences sont souvent devenus énormes. Sur Google.com mon client obtient la 8e position pour une expression-clé. La même requête sur Google.ca le place en 105e position et 102e sur Google.fr.

Pourquoi sort-il si bien sur Google.com ? Il est hébergé aux États-Unis. Il semble que de mois en mois Google augmente les disparités basées sur la géolocation de l'hébergeur. Pourquoi ? Je soupçonne principalement la vente de Adwords dans les pays autres où que votre site soit hébergé, car avant cela, pour des sites de commerce électronique (pas des entreprises de services localisés) vendant des produits sur la terre entière, rarement les disparités ont été aussi grandes.

7 mars 2009

Firefox a maintenant plus du quart du marché

Cliquez l'image pour agrandir
Firefox commence a prendre une bonne place dans la tarte des fureteurs avec 26.32% des parts de marché sur un échantillon de près de 5 millions de visiteurs pour les 2 premiers mois de l'année 2009. À noter aussi que Google Chrome a un impressionnant 1,6% en six mois à peine d'existence.

3 mars 2009

Aide memoire sur les bonnes pratiques de l'optimisation

Voici la "cheat sheet" de SEOmoz en version PDF pour vous remémorer les règles de l'optimisation Web.

Par contre il y a quelques erreurs ou omissions dans ces fiches comme ;

  • la longueur de la balise Title n'est pas obligatoirement fixé à 70 caractères
  • l'omission de la balise (em) ou italique (i)
  • le poid maximum d'une page peut être supérieur à 150k même si non recommandé (ex : www.cyberpresse.ca/ - 189k )
  • l'omission du média RSS
  • les paramètres peuvent être plus que 2 même si non recommandé
  • la profondeur peut être plus de 4 niveaux même si non recommandé
  • l'Image Map est aussi à proscrire ainsi que les "Scroll Box"
  • Les "Frames" ne sont pas recommandés mais tout de même indexable si vous reconstruisez le Frameset sur les pages de contenus.

22 févr. 2009

Les agences et departements americains devront faire de l'optimisation sur leur site Web

Dans le memorandum du "Initial Implementing Guidance for the American Recovery and Reinvestment Act of 2009" (PDF) on trouve dans l'appendice 2 ces instructions très "SEO" relatives au pages traitant de la nouvelle transparence exigé pour les agences et départment américains :

Appendix 2 — Agency Recovery Related Web Pages

As discussed in Section 2.12 of this guidance, agencies are not required to develop new websites dedicated to American Recovery and Reinvestment Act (Recovery Act) efforts. Each agency should dedicate a page of its primary website to Recovery Act activities (entitled “[Insert Agency Name] Information Related to the American Recovery and Reinvestment Act of 2009”. Those pages must be consistently identified with a URL that identifies the key entry page to that information with a “recovery” standard extension, i.e. www.agency.gov/recovery. Agencies must create their recovery related page within one week of the issuance of this guidance.

This section outlines specific requirements and best practices for agency recovery related web pages.

Requirements

In order to facilitate transparency to the public, agencies must follow some minimum common formats for their Recovery Act pages. These include:

  • Page titles. To help the public find the information via commercial and government search engines, agencies should use a consistent page title for their main Recovery Act page (“Agency X Information Related to the American Recovery and Reinvestment Act of 2009”).
  • Main headings. Each agency’s Recovery Act key entry page should include the following main headings:
  • “Overview of the American Recovery and Reinvestment Act of 2009 (Recovery Act).The American Recovery and Reinvestment Act of 2009 (Recovery Act) was signed into law by President Obama on February 17th, 2009. It is an unprecedented effort to jumpstart our economy, create or save millions of jobs, and put a down payment on addressing long-neglected challenges so our country can thrive in the 21st century. The Act is an extraordinary response to a crisis unlike any since the Great Depression, and includes measures to modernize our nation's infrastructure, enhance energy independence, expand educational opportunities, preserve and improve affordable health care, provide tax relief, and protect those in greatest need.”
  • “Implementing the American Recovery and Reinvestment Act of 2009 (Recovery Act)”. Agencies should include a short paragraph or bullets giving an overview ofimplementation of the Recovery Act for your agency.
  • “Agency Plans and Reports”. This section should include agency plans and reports as required by this guidance, the Recovery Act, or as determined by the agency. This includes agency and program specific reports required by the Recovery Act.



À noter qu'il n'y a pas actuellement de titre de page utilisant la phrase-clée demandé ici, j'ai hâte de voir à la fin de la semaine prochaine.

17 févr. 2009

Statistiques Facebook Mondiale : Croissance de 38% en six mois

Voici les dernières statistiques de Facebook. Comme on peut le voir, Facebook commence à s'essoufler dans les pays où son adoption a été précoce comme aux; Canada, Angleterre et en Corée du sud. L'Italie trône dans ces 6 derniers mois avec une fulgurante augmentation de 829% dû fort probablement à la traduction italienne de Facebook dans la dernière année.

Pays 2008-08-18 2009-02-17 Diff. Prec.
Argentina 709 180 2 738 980 286,2%
Australia 4 695 540 4 792 200 2,1%
Bahrain 52 480 55 640 6,0%
Bangladesh 149 500 226 540 51,5%
Belgium 731 500 1 873 500 156,1%
Bolivia 171 260 212 240 23,9%
Bosnia & Herzegovina 92 000 253 580 175,6%
Brazil 187 180 281 340 50,3%
Bulgaria 90 920 181 840 100,0%
Canada 13 260 420 11 292 220 -14,8%
Chile 3 414 380 3 903 040 14,3%
China 264 560 243 540 -7,9%
Columbia 3 787 960 4 161 300 9,9%
Costa Rica 77 700 91 640 17,9%
Croatia 325 440 575 400 76,8%
Cyprus 104 200 114 440 9,8%
Czech Republic 80 520 299 000 271,3%
Denmark 1 115 000 1 965 560 76,3%
Dominican Replublic 98 897 139 940 41,5%
Ecuador 131 900 164 060 65,9%
Egypt 1 121 860 1 019 100 -9,2%
El Salvador 66 280 76 680 15,7%
Finland 766 120 1 035 660 35,2%
France 3 445 880 7 766 380 125,4%
Germany 981 100 1 589 900 62,1%
Ghana 42 680 66 380 55,5%
Greece 725 760 1 210 840 66,8%
Guatemala 105 180 112 540 7,0%
Honduras 54 680 62 320 14,0%
Hong Kong 255 880 1 533 720 499,4%
Hungary 72 120 109 360 51,6%
Iceland 59 240 144 660 144,2%
India 1 083 640 1 209 960 11,7%
Indonesia 336 640 1 447 400 330,0%
Ireland 384 200 498 400 29,7%
Israel 858 200 907 800 5,8%
Italia 807 420 7 505 700 829,6%
Jamaica 67 680 74 760 10,5%
Japan 239 140 235 560 -1,5%
Jordan 296 520 275 320 -7,1%
Kenya 85 240 173 480 103,5%
Lebanon 98 920 406 220 310,7%
Lituania 36 080 55 560 54,0%
Luxembourg 52 440 91 260 74,0%
Malaysia 700 380 948 680 35,5%
Maldives 42 640 37 260 -12,6%
Malta 9 480 55 300 483,3%
Mauritius 45 900 69 480 51,4%
Mexico 1 514 480 1 768 740 16,8%
Morroco 220 460 413 520 87,6%
Netherlands 316 220 465 840 47,3%
New Zealand 572 260 618 520 8,1%
Nicaragua 34 000 35 640 4,8%
Nigeria 161 020 223 540 38,8%
Norway 1 579 320 1 658 840 5,0%
Pakistan 346 940 437 660 26,1%
Panama 273 400 251 240 -8,1%
Paraguay 11 760 23 260 97,8%
Peru 47 740 348 880 630,8%
Philippines 254 300 611 520 140,5%
Poland 124 940 220 460 76,5%
Portugal 77 260 114 880 48,7%
Puerto Rico 561 840 605 080 7,7%
Quatar 11 240 80 740 618,3%
Romania 25 800 71 900 178,7%
Russia 103 400 129 480 25,2%
Saudi Arabia 323 440 366 760 13,4%
Serbia 251 840 674 240 167,7%
Singapore 676 380 878 300 29,9%
Slovakia 44 160 218 040 393,8%
Slovenia 78 740 240 620 205,6%
South Africa 272 240 1 172 980 330,9%
South Korea 144 420 117 940 -18,3%
Spain 1 090 760 3 487 260 219,7%
Sri Lanka 132 280 175 260 32,5%
Sweden 1 592 580 1 913 360 20,1%
Switzerland 590 780 1 278 440 116,4%
Taiwan 111 700 130 900 17,2%
Thailand 166 280 213 020 28,1%
The Bahamas 42 460 46 900 10,5%
Trinidad &Tobago 135 740 158 160 16,5%
Tunisia 75 400 325 980 332,3%
Turkey 4 993 600 8 899 800 78,2%
Ukraine 29 420 43 960 49,4%
United Arab Emirates 471 160 526 900 11,8%
United Kingdom 15 925 800 16 891 980 6,1%
United States 40 342 340 50 106 000 24,2%
Uruguay 71 300 245 220 243,9%
Venezuela 299 200 2 306 220 670,8%
Vietnam 40 860 44 920 9,9%
Total 116 521 097 160 828 580 38,0%


Voici d'autres billets où j'ai publié des statistiques sur Facebook :
Octobre 2007 (Partiel)
Décembre 2007
Janvier 2008
Janvier 2008 (Canada seulement)
Février 2008
Mars 2008
Mai 2008
Juin 2008
Août 2008