14 sept. 2006

Les lecons a tirer d'une catatrophe

Les évènements cahotiques d'hier devraient faire réfléchir plus d'un gestionnaires des communications. Les sites Web de plusieurs médias québécois et la surcharge des réseaux de téléphonie cellulaire ont rendus cahotique le suivit des informations. Cela n'est vraiment pas idéal en cas de crise où justement l'accès à l'information peut être capitale dans certains cas.

Gestion du pic d'affluence

Une page Web allégée devrait être prête a recevoir les informations les plus pertinentes en cas de crise. Une redirection de la page d'accueil habituelle vers cette page soulegera ainsi le(s) serveur(s). C'est d'ailleur ce qu'avait fait CNN un certain jour septembre 2001 et c'est ce qu'a fait hier le site français de Canoe.

Tous les sites Web d'institution ou de moyenne à grosse compagnie devrait aussi être doté d'une telle page avec un accès externe avec gestionnaire de contenu et script de redirection pour mettre à jour les informations pertinentes en cas de crise.

Gestion innefficace des informations du public

Un autre lacune assez évidente pour toutes personnes qui ont suivit les médias Web hier était le chaos total des informations contradictoires. Les sites Web des grand médias gèrent de façon absolument archaïque la collecte d'informations du public.

Radio-Canada, CyberPresse, et TQS nous offre que des adresses de courriel et des numéros de téléphones, alors que sur Canoe/LCN je n'ai rien trouvez du tout !!!

Aucun formulaire qui me permettrait aisément d'envoyer de l'information textuelle et électronique (photos ou vidéos) du style qu'utilisent les grands réseaux sociaux existants à la mode comme les MySpace, Blogger, Flickr, YouTube ou DailyMotion sur la Toile. Pathétique !

Technorati Tags: , , ,

1 commentaire :

kim a dit...

"...les médias Web hier était le chaos total des informations contradictoires."

C'est un problème qui est propre à la dimension du temps. Le web (temps réel) se veut le média le plus à jour mais à un prix: la collecte d'information, la vérification des faits, et la publication demandent du temps.

Sur le web on commence par un titre, on développe un brève pour éventuellement finir avec un édito. Le seul média à permettre toutes l'évolution d'un sujet, même depuis sa naissance.

Bref, dans toute situation chaotique, la rumeur dépasse la réalité. Peu étonnant que les médias se sont contredits.

Lorsqu'au Congo on vit des moments de confusions politiques, la vérité c'est qu'on écoute la radio, mais on lit également le web. L'outil, est souvent plus à jour que nous même, ceux au beau milieu de l'action.

Sinon,

"Aucun formulaire qui me permettrait aisément d'envoyer de l'information textuelle et électronique (photos ou vidéos)"

Tu as oublié de mentionner la BBC comme un très bon exemple! Blogs, discussions entre journalistes et lecteurs en temps réel, photos de lecteurs, etc.

Bref, la BBC fait preuve d'une très bonne stratégie. En plus, sa page d'acceuil est déjà version légère. Au cas ou, il y aurait des attentat sur l'ile britannique...