2006-02-28

Les jours ou j'aime bien le Web

Il y a de ces trouvailles que l'on fait sur le Web qui me ravissent. Une de celles-ci, qui pourrait être implanté ici pour soulager nos pauvres cols bleus et faire plaisirs à notre maire qui souhaite une ville propre et qui ferait le bonheur des; patenteux, professionnels de la vente de garage et autres ramasseux : GarbageScout.

Une simple fusion de Google Maps avec une liste des objets abandonnés par les citoyens de New York dans leur ville. C'est récorfortant de voir que certains citoyens prennent même le temps de prendre des photos de ces objets en plus de les inscrirent sur ce site. Bravo !

Appel à Monsieur le maire !
Reprenez donc ce concept pour les nids de poule. Les citoyens seraient sûrement heureux d'inscrire nos nids de poule avec l'emplacement et la date de "découverte". On pourrait aussi y mettre une case comblé avec la date pour vérifier l'efficacité légendaire de nos cols bleus.

2006-02-22

Democracy Player lancé pour PC

La plateforme Internet de télévision Democracy est maintenant accessible depuis hier au PC avec le nouveau Democracy Player, un genre de iTune Video pour Mac et PC et bientôt sur Linux. Il y a déjà 300 chaines qui propose du contenu de tous genres. Le moteur de recherche utilise Yahoo Video ou Blogdigger et la recherche par étiquette "Tag" est aussi possible. Le lecteur offre une excellente qualité et son utilisation est assez simple.

Via Martin

2006-02-17

AmigoExpress : Enfin un service de co-voiturage en ligne

Contrairement à Allo-Stop avec qui il faut obligatoirement téléphoné pour savoir si il a des opportunités vers la ville de son choix, un nouveau service en ligne permet de consulté la banque de données des destinations possibles. AmigoExpress innove aussi en permettant aux chauffeurs de définir le tarif souhaîté. Ainsi, vous n'avez plus aucune excuse pour faire votre part pour Kyoto !

2006-02-15

Comment différencier les agences marketing et d'optimisation Web

Il y a de plus en plus de "joueurs" dans le secteur du marketing et de l'optimisation Web (SEO/SEM). Voici une première catégorie de joueurs que j'ai déceler depuis les dernières années :

Les concussionnaires

Ce qu'ils disent :

Ils vont soumettre votre site à des ; dizaines, ou centaines, ou milliers et même que certains hurluberlus parlent de millions de moteurs de recherche !

Ce qu'il faut savoir :

Primo, il y a trois moteurs de recherche en occident qui accaparent 96% du marché : Google, Yahoo et MSN. Point final !
Deuxio, on ne soumet pas un site à un moteur de recherche. On l'inscrit dans quelques répertoires généraux (Open Directory (dmoz.org), Yahoo Directory et on essaie d'avoir un/des lien(s) par notre réseau de connaissances et d'affaires. Ensuite, on le soumet à des répertoires verticaux qui sont dans le même secteur d'activités. Les moteurs suivront très rapidement si vous avez bien choisit vos promotteurs.

Ce qu'ils disent :

Nous vous positionnerons sur 10 mots-clés et effectuerons des Web Focus Group et nous ferons une optimisation mensuelle de votre site !

Ce qu'il faut savoir :

xx mots-clés
Un site Web devrait être entièrement optimisé. Oui, il y a des expressions-clés qui génèrent plus de traffic que d'autres, mais si on se limite à 10 ou 20 mots-clés on risque de ;
1 - Créer une surenchère de la part vos compétiteurs.
2 - Créer une surenchère dans l'utilisation de ces mots-clés dans vos pages (keywords stuffing) et risquer de vous faire pénaliser.
3 - Passer à coté de plusieurs autres expressions-clés qui vous amèneront un peu moins de traffic individuellement mais passablement plus globalement.

Web Focus Group
Un très beau buzzword, qui m'horripile, et qui est utilisé pour impressionner les clients. Ce buzzword est tout simplement un outil très simple. Avec moins d'une heure d'utilisation vous pourrez déceler les meilleures expressions-clés. Il faut tout de même un minimum d'expérience pour pouvoir déceler les bruits statistiques de cet outil, qui sert aussi au positionnement par clics, et faire comprendre au client ses limites.

Optimisation mensuelle
À moins d'être dans un secteur hyper compétitif, une optimisation est efficace à long terme. Il y a quelques année, lorsque Google effectuait des mises à jour périodique (de 8 à 12 par année) cela avait un certain sens, mais depuis plus de 2 ans, il n'effectue qu'une à deux fois par an des changements plus ou moins significatifs à son algorithme.
Les contrats annuels sont, à mon avis, une plaie de l'industrie. J'aime mieux former mes clients à effectuer une veille de leurs; fichiers-journaux, liens entrant, nombre de pages indexées et positionnement que de faire ses tâches en quelques clics de souris et de les facturer indûment pour des opérations très simples.

Suite sur les autres catégories de "spécialistes" bientôt !

Technorati Tags: , , ,,

2006-02-13

RSS : Un fil mal popularisé

Les fils RSS/XML sont malheureusement souvent utilisés que pour suivre les sites de nouvelles et/ou nos carnets préférés. Fils RSS/XML ? Voici un petit guide Dix questions et dix réponses…(pdf) des confrères d'Opossum qui explique clairement ces accronymes. Pour les visuels qui comprennent nos voisins, il existe aussi chez CNet un petit vidéo explicatif de la chose.

Maintenant que vous avez votre maîtrise du fil, il serait bien de voir ou vous pourriez tricoter ses petits fils qui vous relient à votre public-cible de votre publique site. Dans un site Web, plusieurs sections bénéficieraient d'avoir ces petits fils agrémentés de carrés oranges :
  • Dans la section communiqué de presse
  • Dans chacunes des sections de type d'emplois de votre section ressources humaines
  • Dans votre section des nouveaux produits
  • Dans vos annonces-classés
  • Dans vos pages de concours pour annoncer les nouveaux
  • Dans votre calendrier des événements
  • Dans toutes sections mis à jour plus ou moins fréquemment et ayant un intérêt pour votre clientèle
Mise-à-jour : Même la Maison Blanche vient de s'y mettre !
Technorati Tags: , , ,

2006-02-10

Google, les Olympiques et Radio-Canada

Google mise comme toujours sur les grands événements pour mousser ses services et faire parler de lui.
La première fut de mettre à jour ses données cartographiques sur Google Local/Maps et Google Earth. Ainsi pour la première fois en Europe, Google Local a ajouter la cartographie routière dans la région de Turin. Les images satellites ont été aussi améliorer pour cette région dans Local et Google Earth.
La deuxième fut d'établir un partenariat avec NBC pour promouvoir les olympiques. Ainsi tous termes recherchés ayant rapport avec les jeux afficheront un nouvel encart dans Google.com. Ainsi une recherche sur toutes disciplines qui se retouvent à Turin comme "alpine skiing" nous affichera l'horaire de télédiffusion de NBC.

C'est dommage que Radio-Canada n'ai pas eu la même idée avec Google Canada. Ils ont pourtant mis passablement d'efforts sur Turin, ayant même développé une console interactive en fond d'écran pour suivre les jeux sur notre ordinateur. Mais notre société d'état semble avoir passablement de misère avec le marketing interactif en général. Peut-être est-ce encore une question de droits d'auteur ? J'ai tout de même hâte qu'elle se réveille, archive ses nouvelles sur le web et y place des publicités contextuelles qui pourraient lui rapporté des centaines de milliers de dollars annuellement. La publicité géré à distance par des sociétés comme DoubleClick n'est pas un modèle d'affaires viable à moyen et long terme sur le Web.

Technorati Tags: , , , , , ,

2006-02-09

Yahoo devient pathétique

Près de 5% des utilisateurs de Yahoo! ont reçu un sondage qui leur demandait quel incitatif aimerait-il recevoir pour utiliser principalement Yahoo comme moteur de recherche. Voici les petits cadeaux :
  • Plus de publicité publicité dans Yahoo Mail
  • Plus de limite de stockage dans Yahoo Mail
  • Accès à Yahoo Mail par Outlook
  • 5 téléchargements gratuit par mois dans Yahoo Music
  • Rabais de 3$ pour l'abonnement mensuel à Yahoo Music
  • Dons d'un pourcentage des revenus générés par vos recherches à des organismes de charité
  • 5$ de crédit par mois pour des appels PC à téléphone sur Yahoo Messenger
  • Rabais de 7$ par mois pour la location de DVD chez NetFlix
  • Rabais de 5$ par mois pour le service de rencontre Yahoo Personals
  • 250 miles par mois sur le programme Frequent flyer miles
À part les dons à un organisme de charité, je ne trouve pas Yahoo très généreux dans ces offres. Il semble que la progression de Google en terme de traffic global, semble rendre Yahoo quelque peu pathétique ! Il devrait peut-être ajouter :

2006-02-06

Google Wallet, Google Purchase et maintenant GBuy


La rumeur qui court depuis des mois, - et qui quant à moi n'en a jamais vraiment été une, car trop évidente, se concrétise petit à petit. Le système de paiement de Google verra sûrement le jour d'ici l'automne prochain. Bon next !

Cet article du Wall Street Journal nous en apprend cependant un peu plus sur PayPal que sur la nouvelle dénomination du système d'achat en ligne de Google pour le moment. Voici donc quelques chiffres intéressant sur PayPal :
  1. 24% de part de marché US (probablement du nombre de transactions mais pas du montant total des transactions).
  2. 23% des ventes de eBay aux états, en grande-bretagne et en allemagne.
Quand même étonnant ! Dire qu'ici on a encore de la misère à faire confiance à Mastercard ou Visa pour nos achats en ligne et voici PayPal, compagnie presque inconnu il y a moins de cinq ans, s'est fait confier plus de 300 millions de dollars le dernier trimestre.

Éthique élastique : BMW et Ricoh coiffent le bonnet d'âne

Pour une des premières fois, Google bannit deux sites de grosses entreprises, BMW et Ricoh Allemagne, pour avoir trichés pour se positionner en meilleure position dans les moteurs de recherche. L'ingénieur de Google Matt Cutts affiche les pages qui étaient dédiées aux moteurs et celles qui nous étaient destinées.

Par le passé, c'était des agences de SEO à l'éthique élastique qui étaient sanctionnées, mais cette fois-ci ce sont directement les clients qui sont totalement bannis des résultats. Une très bonne chose qui en fera réfléchir quelques-un ici aussi. Je souhaiterais même vois quelques procès pour ceux qui bernent leur clients ainsi en ne respectant pas les règles pourtant bien mentionnées sur les recommendations spécifiques aux webmestres.

Il faut aussi mentionné que NetBooster.com et NetBooster.de sont encore complètement rayés des résultats de Google.

2006-02-05

L'Association Mondiale des Journaux se réveille-t'elle trop tard ? (Prise 2)

Voici la suite de mon billet précédent qui traite des médias, de Web et de leur moteur économique; la publicité. Le prochain billet reviendra sur les modèles d'affaires des journaux en ligne.
2002-2003 Les contre-mesures publicitaires voient tranquillement le jour

Exactement comme dans le secteur de la musique vers la fin des années 90, la très grande majorité des personnes chargées de la publicité ne ce sont pas rendu compte de l'arrivée d'un nouvel irritant, -issue du pionnier NetScape et maintenant à code source libre - sur la toile avec ses premiers outils pour contrer la publicité invasive sur la Toile.

Mozilla, de la nouvelle ère du Libre, enfantera d'un petit renard roux du nom de Firefox qui vengera petit à petit son paternel du gros méchant Bill !

Mozilla commencera par intégrer par défaut dans son navigateur un tueur de fenêtres-éclairs ("pop-up killer" for the close-one). Déjà un début remarqué, et qui se fera évidemment copier dans la future version d’IE. Ensuite, vient une petite fonctionnalité dissimulée dans le menu du bouton droit de la souris, qui permet de sélectionner une image et de bloquer toutes les images provenant de la même source (serveur). Ceci est pratique uniquement quand les images publicitaires viennent toutes d'une même source extérieure au site que l'on visionne. Mais ceci est un sillon de tracé pour les futures innovations.

Avec la sortie de Firefox, -maintenant téléchargé plus de 150 millions de fois-, la confrérie du Libre n'a pas les mêmes impératifs que la firme de Redmont, et les innovations pour plaire aux utilisateurs verront le jour assez rapidement grâce au module d'extensions qui permet de greffer très aisément par l'utilisateur de nouvelles fonctionnalités au fureteur conçu par les nombreux développeur du logiciel-libre et des extensions-greffons.

La "napsterisation" publicitaire, - ou le « zapping » pour les téléphages -, commence à poindre !

L'une des extensions les plus prisées voit timidement le jour fin 2002 pour Mozilla et a été depuis téléchargée par plus de 100,000 utilisateurs se nomme AdBlock. Ce petit bijou, encore méconnu, sert à filtrer très efficacement, et très simplement, les publicités sur les sites internet.

Exemple : Vous arrivez sur le portail de la méga-convergente cie Kayako et une foutue annonce Flash, qui n'arrête pas de bouger et clignoter, vous empêche de vous concentrer sur la nouvelle qui la jouxte. Un clic sur la nuisance, vous ajoutez une petite étoile (*) à la racine du serveur d'annonces (http://m9.doubleclic.net*), ou du répertoire dédié (kayakoe.com/publicite/*), du malveillant et vlan, la majorité de toutes les publicités du site disparue. Vous allez ensuite sur le site frère Kayaka du méga-convergeant et... surprise aucune publicité non plus car la convergence a parfois ses bons coté ;-)

Ainsi, après avoir fait la tournée de 2-3 douzaines de vos sites préférés en filtrant les serveurs ou répertoires de publicités, vous pourrez surfer en évitant près de 90% des écueils publicitaire. Vous pourrez même exporter la liste des indésirables dans un petit fichier texte et la distribuer à vos amis !

Mais alors, vous dîtes-vous, il ne suffirait qu'aux programmeurs du méga-convergeant de modifier périodiquement par routine automatisé l'adresse des serveurs publicitaires ?

Peine perdue, car depuis peu, il y a même une extension-service qui se greffe à AdBlock sous le nom très sexy de Adblock Filterset.G Updater, et qui comme les anti-virus se met à jour périodiquement et permet de filtrer automatiquement la plupart des serveurs publicitaires sur le Web et ce même si les programmeurs s'amusent à modifier leur adresse.
Exemple d'un filtre de Filterset : /(amazon\.\w+.*|barnesandnoble\.com/p.*)(&search=|amb%5F(gw|skin)|amzban|banner|cm\?t
|marketing(/2|.+html)|promo|stripe?s?\W|tcg.*\.[gj])/


Suite et retour sur les médias dans le prochain billet

Technorati Tags: , , ,

2006-02-03

Carte de pointage des services de Google

Voici un très bon comparatif de Forbes qui comprend une carte de pointage qui fait la moyenne de trois points; la popularité du service, le capital potentiel et le focus que Google apporte au service. En analysant leur carte de pointage j'ai décelé quelques erreurs et cela m'a incité à produire aussi la mienne:

Carte de pointage des services de Google
Les services de Google

Pointage de Forbes

Mon pointage
1. Search:A-A
2. Contextual Ads:C+B+
3. Local/Maps/Earth:B+ A-
4. Froogle:D+D
5. Gmail:CB-
6. Base:CD
7. Search Appliances:BC
8. Google Pack:C-C
9. Video Store:CC-
10. Blogger:C-B
11. Google Talk::B-C


1- La part de marché de Google est plus importante que celle mentionnée. Les américains sont toujours aussi nombrilistes et ne soucie pas, que plus des deux tiers des internautes ne sont pas américains.
2- Forbes fait une grosse bourde ici en écrivant "Google doesn't break out revenue from AdSense, but most analysts believe it is a small part of the company's business." Dans le dernier trimestre voici ce que dit le rapport financier : "Google Network Revenues - Google's partner sites generated revenues,through AdSense programs, of $799 million, or 42% of total revenues."
3- Google a commencé a tester l'ajout de liens sponsorisé dans la colonne de droite de Google Local/Maps. Il y a eu aussi des tests d'implantation directement sur les cartes avec des marqueurs publicitaires. Avec les nombreux "scrapping" ou "mashup" des cartes de Google, il ne serait pas surprenant de voir Google implanté ces procédés à court terme.
4- Je n'ai jamais trouvé Froogle très compétitif. Il s'est d'ailleur refermer sur lui-même en ne forant plus automatiquement les sites de commerce électroniques perméables.
5- Gmail se bonifie avec les mois avec de nouvelles fonctionalités. C'est aussi une très bonne utilisation de l'Ajax. La publicité se fait aussi plus présente même dans les courriels français ce qui devrait générer plus de pactole à Google.
6- Le pire gaspillage que j'ai vu chez Google avec Orkut ! Google Base avait un énorme potentiel et ils l'ont laissé à lui-même en allant même jusqu'à l'ouvrir à l'automatisation en lot pour remplir sa base de données de n'importe quoi.
7- Un petit marché. Tout de même un très bon produit qui de toute façon servait à l'interne et était déja développé.
8- Un processus d'installation très efficace pour des produits déjà existant.
9- Un lancement précipité et une interface médiocre. En espérant que l'équipe d'ergonomie de Google Maps ou Gmail vont aller prendre le relais ici !
10- Un service qui somnole passablement. Pourtant avec les AdSense qui y sont parfois et facilement intégrable, Google devrait y mettre plus de ressource.
11- Un autre produit qui manque de finition. surtout avec l'ajout de Trillian dans le Google Pack.

Étiquette de Technorati: , , ,

L'Association Mondiale des Journaux se réveille-t'elle trop tard ? (Prise 1)



Après l'industrie de la musique, c'est au tour de l'Association mondiale des journaux de réaliser que le média Internet est différent et que leurs parts de marché publicitaire papier ne cessera de décroître.

"Les moteurs de recherche axent de plus en plus leurs efforts stratégiques sur les producteurs et les aggrégateurs traditionnels de contenu comme les éditeurs de journaux. L’ironie est que ces moteurs de recherche existent principalement grâce à eux et qu’ils en profitent à leurs dépens", remarque Gavin O’Reilly, le Président de l’AMJ, qui préside le groupe de travail.

Oui, les moteurs de recherche sont des aggrégateurs de contenu pour leur section de nouvelles et ne paient pas de redevances. Il faut tout de même souligné ici, que si Google ou Yahoo! n'avait pas au préalable foré (ou classifié -Yahoo) l'ensemble de la Toile et présenté des résultats efficaces et rapides, ces services d'aggrégation de nouvelles n'existeraient sûrement pas sur ces moteurs de recherche. D'ailleurs, seul Yahoo! ose mettre de la publicité dans sa section nouvelle, ce que Google ne fait pas. Il est aussi plutôt délicat, de la part des membres de l’Association mondiale des journaux, de se plaindre de l'aggrégation de leurs contenus, alors que la majorité offre des fils RSS/XML !

Le problème ? L'argent, la mauvaise compréhension du média Internet et la plus que médiocre performance de la plupart des agences, des régies publicitaires et producteurs de sites.


1994- La préhistoire de la publicité sur le Web

La publicité a commencé sur le Web en 94-95 par des bandeaux publicitaires et le prix d'acquisition était uniquement calculé au millier d'impressions. Déjà, ici on voit que le modèle proposé n'a jamais été vraiment conçu pour le Web, mais plutôt transposé du médium papier ! Ensuite, vers 1995-96, on a vu apparaître le modèle de paiement au clic et ensuite à un mélange des deux. Il s'en suit une surcharge de bannières animées pour attirer la clientèle, et celles-ci deviennent lourdes pour le téléchargement de nos modems basse vitesse. De plus, ces bannières sont souvent mal localisées dans les pages, contrastent trop avec la grille graphique du site, encombrent les zones de contenus et n'ont presque jamais rapport avec eux.

1998 - Les balbutiements publicitaires du début

En 1998 Goto, -qui deviendra Overture par la suite-, fusionnera le modèle publicitaire CPC (cost-per-click) et la recherche sur le Web. Le positionnement d'annonces en haut des résultats d'un moteur de recherche axé sur une catégorisation semble déjà donner de meilleurs résultats.

Puis vint Google en 1998 qui réinventera la façon de naviguer sur la Toile. En classant beaucoup mieux que tous ces compétiteurs, l'information qui y est contenue, et en livrant les résultats en une fraction de seconde, Google invente en fait une des meilleures portes d'entrée du Web. Et qui dit porte d'entrée, dit volume de trafic considérable et fidélisation. Entre 99 et 2001, Google s'établit de plus en plus comme une marque de renom en gagnant la faveur du public, et à la fin 2000, plus de 100 millions de requêtes sont faites chaque jour.

2000 - Le véritable début

Après avoir évité toute publicité sur son site, Google doit faire le saut avec la croissance exponentielle du contenu sur le Web. Les résultats vendus aux autres moteurs de recherche et les 10,000 serveurs ne suffisent plus à suivre le rythme. Il faut faire le saut au plus vite, alors que la bulle Internet commence à se dégonfler en cet été 2000.

Adwords voit le jour

Cette nouvelle forme de publicité en format texte, - donc rapide et moins "dérangeante" -, bien identifiée et positionnée hors des résultats organiques, innove par son côté contextuel. C-à-d que lorsque vous faites une requête sur un sujet donné, les annonces servies dans les fractions de secondes suivantes seront sur le même sujet. Un nouveau modèle est né. Ce modèle basé sur un système d'enchère pour le positionnement sur les pages de résultats innove aussi par la mise en service en quelques minutes de votre campagne publicitaire. Ce modèle sera aussi repris par plusieurs autres joueurs dont Overture qui sera acheté par Yahoo! quelques années plus tard.

2002 - Pendant ce temps l'IAB...
ClickZ News by Christopher Saunders | January 15, 2002

The Interactive Advertising Bureau made good on a years-old promise to deliver standards for measuring and auditing ad impressions and unique users -- though it refrained from handing down rules on at least one key issue.

"Today is a great day for the industry," said IAB chief executive Greg Stuart. "This is a major step forward ... the goal is to make media buying easier to do and profitable."

The New York-based IAB, working with groups including the Media Ratings Council, the Audit Bureau of Circulations and the Advertising Research Foundation's Digital Media Measurement Council, commissioned PricewaterhouseCoopers to study the procedures and best practices of eleven leading ad servers, portals and major publishers. The MRC, ABCi and IAB analyzed and consolidated those findings into a list of definitions and guidelines.

Most critically for the industry, the guidelines lay down rules for how best to measure ad impressions -- a mammoth task, considering that there are a multitude of different ad serving systems and procedures in practice.

Still, there is work remaining: the IAB decided on a bi-partite rule on ad impression measurement.
Pendant ce temps, le Bureau Interactif (sic) de la publicité peine toujours à l'élaboration de mesure de rendement pour la publité sur le Web. Les technologies impliquées dans les sites et les solutions pour permettre l'impression des annonces sont un réel capharnaüm. Même, les toutes simples publicités imbriquées dans les PDF que certains médias québécois utilisent pour faire leur entrée sur la Toile ne sont toujours pas comptabilisé dans l'audit du nombre d'impressions !

2003 - Adsense

Adsense basé sur le même principe qu'Adwords offre l'ouverture à la publicité pour tous en 2003. Enfin presque, les carnets Web seront acceptés en 2004. Mais qui dit ouverture, dit aussi parfois dérapage. Les sites et carnets bidons (Splog - spam blog)) ayant trait aux sujets et mots-clés les plus onéreux vont commencés a se multipliés pour pouvoir faire de l'argent facilement grâce au programme Adsense. Ce programme détient quand même une très grande part (~ 42%) des revenus de Google...

La suite de ce billet la semaine prochaine