7 janv. 2007

Le Web 2007 et les sept P - Consommateur 2.0

J'ai été quelque peu découragé de lire ce billet intitulé "Les 7P 2007 du marketing interactif". J'essairai de vous présenter ma vision de chacun des sept P. Voici ma vision du premier P :

1- Le produit
On vivra une explosion de sites promotionnels en 2007. En particulier dans le domaine des produits de consommation. Les chaînes de restaurants, distributeurs de produits de beauté, manufacturiers de vêtements, d’automobiles, de produits informatiques, etc, s’empareront du Web pour compenser les pertes de résultats provenant de la télévision. D’autre part, les services en ligne continueront leur développement et on verra apparaître plus de services, plus de choix, au détriment du service pignon sur rue.
Le Web n'est pas un médium traditionnel et les publicistes et gens de marketing ont beaucoup de misère à le comprendre. "Promotionnel" et "Web" iront de moins en moins de paire en 2007 et à l'avenir, sauf pour quelques campagnes virales bien ficelées.

Les magazines ont une durée de vie d'un mois, - sauf chez le dentiste- , les journaux une journée et la télé/radio quelques secondes. C'est spécifiquement la répétiton en boucle à outrance de publicités et/ou de "nouvelles" (Miriam Bédard en est un bon exemple) qui font fuir les gens des médias de masse tradionnaux vers le Web. Ne répétez pas les mêmes erreurs sur le Web svp, ce n'est vraiment pas le même médium.

Ce n'est pas en bombardant les internautes de sites promotionnels, aussi éphémère qu'une publicité magazine, que vous attirerez et fidéliserer la nouvelle génération de clients.

Je crois que c'est tout le contraire. Il faudra miser sur la perénnité d'un site riche en informations en combinaison avec du contenu très original et mis à jour fréquemment, pour qu'un produit ou une marque perce et persévére sur le Web et que son producteur gagne en crédibilité.

L'internaute n'est pas le consommateur du sofa. Il deviendra de plus en plus difficile à satisfaire. Il voudra savoir la composition des produits, savoir ils ont été fabriqués et par qui. Est-ce que ce produit est vert et environnementalement juste ? Spécialement après ce début d'hiver québécois (et même à l'échelle mondiale), les consommateurs vont être de plus en plus prudent sur les impacts de leur consommation.

Et le Web est la seule plateforme pour les en informer efficacement. Il faudra éduquer vos clients. Leur faire prendre conscience que le Web n'est pas éphémère et jetable et que le client sera plus exigeant et avide d'information facilement accessible via un moteur de recherche.

Après le Web 2.0, c'est le consommateur 2.0 qui fera de 2007 une année charnière.

Technorati Tags: , ,

2 commentaires :

Martin a dit...

Excellente observation.

Je lisais justement le billet sur le blogue Marketing Interactif ce matin et je n'avais pas vraiment porté attention au P - produit.

Bref, je suis un gars de marketing et comme toi, je ne vois pas d'un bon oeil que l'entreprise (en général) veuille s'emparer du Web pour compenser ses pertes avec les médias traditionnels.

Reste que c'est peut-être ce qu'ils tenteront de faire, mais, dans ce cas, c'est de bien mal connaître le Web que d'agir de la sorte.

J'ai hâte de lire tes autres opinions sur les 6 P restant.

Jordan Chénard a dit...

Waw... Je l'admets je ne suis qu'un passionné de marketing sans la formation encore... 'J'épluche simplement les livres du HEC en tant qu'auto-didacte pour le moment mais ce post à propos de ce "P" est complètement troublant de vérité!

Ce qui m'inquiète c'est la fixation des gens sur l'idée que "le web remplacera la télé". Cela n'a rien à voir!!

La télé est un flot continu d'informations qui passent à un rythme donné et il reste au spectateur de capter ce rythme et de le suivre! En résumé, le téléspectateur se lance dans le courant et se tient la tête hors de l'eau comme il peut.

Le web, quant à lui, détient toute l'informations voulue mais elle est accessible sur demande! L'internaute impose son propre rythme de consommation. D'où le fait qu'il est IMPOSSIBLE de gérer le web de la même façons que la télé...

Et en effet, si les entreprises visent le web pour compenser leur pertes, elles seront déçues. Le web doit être traité comme un maillon de plus à toute la chaîne et non pas comme une avenue obligatoire à traiter de la même façons que toutes les autres sphères du marketing général.